Twilight

pour tous les fans de Stephenie Meyer
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 7 : Mélodie

Aller en bas 
AuteurMessage
Isabella Swan
Nouveau Né
avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 30
Localisation : ♀♂ avec mes 2 amours ♥

MessageSujet: Chapitre 7 : Mélodie   Dim 24 Mai - 0:48

Lorsque je retournai au lycée, je dû attendre un
moment. La dernière heure n'était pas encore totalement terminée. Cela
n'était pas pour me déplaire, car j'avais grand besoin d'un moment de
solitude pour réfléchir.

Son odeur s'attardait dans la
voiture. Je gardais volontairement la fenêtre fermée, laissant les
effluves m'attaquer, essayant de m'accoutumer à l'impression que
j'avais de m'automutiler ainsi.

Attirance.

C'était là
quelque chose d'assez problématique à envisager. Ce sentiment avait
tellement de facettes, tellement de significations différentes et de
degrés d'intensité. C'était différent de l'amour, mais ça s'en
approchait.

J'ignorais totalement si Bella se sentait attirée
par moi ou pas. (Son silence mental avait-il l'intention de devenir de
plus en plus frustrant jusqu'à m'en rendre fou, où me rapprochai-je de
la limite ?)

J'essayai de comparer ses réactions physiques à
celles des autres, comme la secrétaire ou Jessica Stanley, sans
résultat. Les mêmes symptômes – évolution du rythme cardiaque et de la
respiration – pouvaient très bien s'appliquer tout aussi bien
s'appliquer à l'intérêt qu'à la peur, au choc ou à l'anxiété. Par
ailleurs, il semblait très peu probable que Bella puisse avoir les
mêmes pensées que Jessica Stanley. Après tout, Bella savait
parfaitement qu'il y avait quelque chose de monstrueux en moi, même si
elle ne savait pas exactement ce que c'était. Elle avait touché ma peau
de glace, et l'instant suivant avait dégagé sa main.

Pourtant...maintenant que je repensais à ces fantasmes qui m'avaient tant écœurés, si j'imaginais Bella à la place de Jessica...

Ma respiration s'accéléra, faisant monter et descendre le feu dans ma gorge écorchée.

Et
si ça avait été Bella qui m'avait imaginé avec mes bras enlaçant son
corps fragile ? Me sentant la serrer étroitement contre mon torse, puis
mettre ma main sous son menton ? Ecarter d'une caresse une mèche sombre
de son visage rougissant ? Dessiner les contours de ses lèvres avec le
bout de mes doigts ? Approcher mon visage du sien, jusqu'à être en
mesure de sentir son haleine brûlante sur ma bouche ? M'approcher
encore...

Mais à ce moment là je m'arrachai à ce rêve éveillé,
sachant pertinemment, tout comme je l'avais su lorsque Jessica avait
imaginé cette scène, ce qu'il se passerait si je m'approchais encore
plus d'elle.

Ce problème était insoluble, car pour ma part, je ressentais pour Bella une attirance de la pire espèce.

Voulais je que Bella ressente de l'attirance à mon égard, comme une femme envers un homme ?

Ce
n'était pas la bonne question. La bonne question aurait été :
Devrais-je vouloir que Bella ressente cela, et la réponse était non.
Parce que je n'étais pas humain, et que ce ne serait pas juste pour
elle.

De tout mon être, je désirais ardemment être un homme
normal, pour pouvoir la serrer contre moi sans risquer de la tuer. Pour
pouvoir laisser libre cour à mes propres fantasmes, fantasmes qui ne se
termineraient pas avec son sang sur mes mains, avec son sang dans mes
yeux.

Avoir des vues sur elle était proprement inexcusable.
Quel genre de relation pouvais-je lui offrir, si je ne pouvais même pas
prendre le risque de la toucher ?

Je plongeai mon visage sans mes mains.

Ma
confusion était d'autant plus grande que de toute ma vie jamais je ne
m'étais sentis aussi humain – pas même lorsque j'étais humain, pour
autant que je pouvais m'en souvenir. Lorsque j'étais humain, toutes mes
pensées étaient tournées vers la gloire militaire. La Grande Guerre
avait fait rage durant une grande partie de mon adolescence, et j'étais
à peine à neuf mois de mon dix-huitième anniversaire que la grippe
espagnole me prit...il ne me reste plus que de vagues impressions de
ces années d'humanité, des souvenirs troubles qui s'étaient affadis un
peu plus à chaque décennie. Je me souvins plus précisément de ma mère
et une ancienne douleur me prit lorsque je revis son visage. Je me
rappelai combien elle haïssait ce future auquel je me destinais, priant
chaque soir lorsqu'elle disait les grâce à table pour que cette «
horrible guerre » prenne fin...je ne me souvenais pas avoir connu une
autre forme de tendresse. En dehors de l'amour de ma mère, aucun autre
amour ne me retenait là où j'étais...

C'était totalement nouveau pour moi. Aucune comparaison possible, aucun parallèle.

L'amour
que je ressentais pour Bella était venu en toute chasteté, mais à
présent cette pureté était souillée. Je désirais la toucher.
Ressentait-elle la même chose ?

Cela n'avait pas d'importance, essayai-je de me convaincre.

Je regardai mes mains blanches, haïssant leur dureté, leur froideur, leur force inhumaine...

Lorsque la portière côté passager s'ouvrit, je sursautai.

Haha ! Prit par surprise : une première ! Pensa Emmett en se glissant sur le siège.

- Je parie que Mme Goff pense que tu es drogué, tu as été si irrégulier ces derniers temps. Où étais-tu aujourd'hui ?
- Je...faisais une bonne action.

Hein ?

- Défendre la veuve et l'opprimé, riais-je. Ce genre de choses.

_________________
"Tu as des ennuis, mon pote. De gros ennuis.
Les grizzlis enragés te paraîtront adorables
quand tu verras ce qui t'attend à ton retour "

Règles importantes :
Règle n°1 : Un modérateur a toujours raison
Règle n°2 : Si un modérateur a tort, se référer à la règle n° 1
Règle n°3 : Quand un modérateur est contredit, un chaton meurt quelque part dans le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-lover.twilight-mania.com
Isabella Swan
Nouveau Né
avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 30
Localisation : ♀♂ avec mes 2 amours ♥

MessageSujet: Re: Chapitre 7 : Mélodie   Dim 24 Mai - 0:49

Cela aggrava sa confusion, puis il inhala l'odeur dans la voiture.

- Oh. Encore elle ?

Je grimaçai.

Ca devient vraiment bizarre.

- Je ne t'ai pas demandé ton avis. Grommelai-je.

Il prit une nouvelle inspiration.

- Hmm, elle sent vachement bon, pas vrai ?

Il n'avait même pas fini sa phrase qu'un grognement s'échappa déjà de mes lèvres, une réponse instinctive.

- Doucement, gamin ! Je constate, c'est tout.

A
ce moment là, les autres arrivèrent. Rosalie remarqua l'odeur et me
lança un regard mauvais, toujours aussi irrité. Je me demandai quel
était son problème, mais tout ce que je pouvais entendre venant d'elle
étaient des insultes.

Je n'appréciai pas non plus la réaction de
Jasper. A l'instar d'Emmett, il aima l'odeur de Bella. Non pas que
l'arôme eut sur eux le millième de l'effet qu'il me fit, mais il
n'empêchait qu'ils le trouvaient à leur goût et cela ne me plaisait
pas. Jasper ne savait pas se contrôler...

Alice bondit à côté de moi et tendit la main, dans l'attente des clés de la camionnette de Bella.

- J'ai seulement vu que je le faisais. Dis-elle, obscure comme à son habitude. Mais il va falloir que tu m'explique.
- Cela ne veut pas dire que...
- Je sais, je sais. J'attendrais. Ce ne sera plus très long.

Je soupirai et lui tendis les clés.

Je
la suivis chez Bella. La pluie tombait comme des gouttes de plomb, si
bruyamment que les oreilles humaines de Bella ne purent peut-être pas
entendre le vacarme que produisait son engin. Je regardai la fenêtre,
mais elle ne se montra pas. Peut-être n'était elle pas là. Il n'y avait
aucunes pensées à entendre.

Cela me rendait triste que je ne
puisse même pas en entendre assez pour vérifier qu'elle était là –
qu'elle était heureuse, ou au moins qu'elle était saine et sauve.

Alice
entama le chemin de retour et nous courûmes jusque chez nous. La route
était vide, alors ça ne prit que quelques minutes. Tous rassemblés à la
maison, nous nous adonnâmes à nos passe-temps favoris.

Emmett
et Jasper était au milieu d'une partie d'échec élaborée, utilisant huit
échiquiers mis les uns à côté des autres – sur toute la longueur du mur
du fond – ainsi que leur propres règles des plus compliquées. Ils ne me
laisseraient pas jouer ; seule Alice acceptait de jouer avec moi
désormais.

Alice s'installa à son ordinateur dans un coin et
j'entendis l'interface musicale indiquant que ses moniteurs
s'allumaient. Alice travaillait sur un projet de design pour la
garde-robe de Rosalie, mais cette dernière ne vint pas la rejoindre
aujourd'hui, elle ne vint pas se poster derrière elle pour effectuer
elle-même des retouches tandis que la main d'Alice dessinait sur les
écrans tactiles (Carlisle et moi avions dû un peu trafiquer le système,
étant donné que la plupart des écrans de ce genre répondaient à des
stimulations thermiques. Non, aujourd'hui Rosalie s'étala d'un air
maussade sur le canapé et commença à faire défiler sur l'écran plat
vingt chaines par secondes, sans s'arrêter. Je pouvais l'entendre se
demander si elle devait aller dans le garage pour régler une fois de
plus sa BMW.

Esmée était à l'étage, fredonnant tout en s'attaquant à une nouvelle série de patrons.

Alice
dressa la tête pendant un moment en regardant l'échiquier et informa
silencieusement Jasper du prochain coup d'Emmett – qui était assit par
terre, lui tournant le dos. C'est en gardant son expression
parfaitement calme et détendue que Jasper prit le cavalier fétiche
d'Emmett.

Quant à moi je m'avançai, pour la première fois
depuis si longtemps que j'en avais honte, du sublime piano positionné
juste devant le hall d'entré. Je fis courir ma main sur la bascule,
testant le ton. Il était toujours aussi parfaitement accordé.

A l'étage, Esmée arrêta ce qu'elle était en train de faire et dressa l'oreille.

Je
débutai le premier thème de l'air qui s'était imposé à mon esprit dans
la voiture cet après-midi, heureux de constater que ça sonnait encore
mieux que je ne l'avais imaginé.

Edward s'est remit à jouer,
pensa joyeusement Esmée, un sourire traversant son visage. Elle se leva
de son bureau et fila silencieusement vers le palier.

J'ajoutai un thème d'harmonie, laissant la mélodie principale se faufiler dedans.

Esmée laissa échapper un soupir d'aise, s'assit en haut des marches, et appuya sa tête contre la rampe.

Une
nouvelle chanson. Ca faisait si longtemps. Quel adorable morceau.Je
laissai la mélodie se diriger dans une nouvelle direction, la suivant
avec la clef de fa.

Edward se remet à composer ? Pensa Rosalie, et ses dents grincèrent de ressentiment.

A
ce moment là, elle céda, et je pu voir ce qui se tramait derrière sa
colère. Je vis pourquoi elle était si énervée contre moi ces derniers
temps. Et pourquoi assassiner Isabella Swan n'aurait pas du tout
troublé sa conscience, bien au contraire.

Avec Rosalie, c'était toujours une affaire d'orgueil.

La
musique s'arrêta soudain, et j'éclatai de rire avant de pouvoir ne
serait-ce que songer à me retenir, un rire que je métrisai vite en
plaquant ma main sur ma bouche.

Rosalie se tourna pour me fixer, ses yeux brillant d'un chagrin furieux.

Emmett
et Jasper se tournèrent aussi pour regarder, et je pu entendre la
confusion d'Esmée. Elle fut au rez-de-chaussée en un éclair, s'arrêtant
pour nous regarder alternativement, Rosalie et moi.

- Ne t'arrête pas, Edward. M'encouragea Esmée après un moment tendu.

Je
recommençai à jouer, tournant le dos à Rosalie tout en essayant à grand
peine de maîtriser le large sourire fixé à ma figure. Rosalie sauta sur
ses pieds et sortit à grand pas de la pièce, plus en colère que gênée.
Mais certainement assez gênée.

Dis un mot à propos de ça et je te jure que je te chasse comme un chien.

J'étouffai un nouveau rire.

-
Qu'est-ce qu'il y a Rose ? L'appela Emmett. Rosalie ne se retourna pas.
Elle continua son chemin, raide comme un piquet, jusqu'au garage où
elle se glissa sous sa voiture comme pour s'y enterrer.

- Qu'est-ce qu'il se passe ? Me demanda Emmett.

- Je n'en ai pas la moindre idée, mentis-je.

Emmett ronchonna, frustré.

- Continue à jouer. Exigea Esmée alors que mes mains s'étaient à nouveau arrêtées.

J'obéis, et elle vint se tenir derrière moi, posant ses mains sur mes épaules.

La chanson se complétait sans s'achever. Je jouai avec un pont, mais quelque part cela ne me semblait pas juste.

- Est-ce que cet air charmant a un nom ? Demanda Esmée.
- Pas encore.
- Est-ce qu'il a une histoire ? Demanda-t-elle, un sourire dans la voix.

Ca
lui faisait vraiment plaisir de m'entendre jouer, et je me sentais
coupable d'avoir négligé la musique si longtemps. Ca avait été égoïste.


- C'est...une berceuse, je suppose.

Je trouvai le bon pont. Il se dirigea aisément vers le prochain mouvement, prenant vie.

- Une berceuse, se répéta-t-elle.

Le
fait était que cette mélodie avait bel et bien une histoire, et une
fois que je la vis, les morceaux s'enchainèrent sans effort. L'histoire
d'une jeune fille endormie dans un lit étroit, ses cheveux sombres,
épais et désordonnés ondulant comme les vagues de la mer sur
l'oreiller...

Alice quitta Jasper de son propre chef et vint
s'assoir près de moi sur le banc. De sa voix saisissante et
carillonnant, elle esquissa un accompagnement en soprano deux octave au
dessus de la mélodie.

- Ca me plait. Murmurai-je. Que penses-tu de cela ?

J'ajoutai
son thème à l'harmonie – mes mains volaient à travers les clefs à
présent pour travailler tous les morceaux simultanément – modifiant un
peu, l'emmenant dans une nouvelle direction...

Elle saisit l'humeur de la musique, puis chanta à nouveau.

- Oui. Parfait. Approuvai-je.

Esmée pressa mes épaules.

Mais
je pouvais pressentir la fin à présent, avec la voix d'Alice s'élevant
au dessus de la musique et l'emmenant ailleurs. Je pouvais voir comment
la chanson allait finir, parce que cette jeune fille endormie était
parfaite telle qu'elle était, et le moindre changement aurait été mal,
triste. Face à cette révélation, la musique dériva pour devenir plus
lente et plus basse. La voix d'Alice suivit le mouvement, baissant de
plusieurs tons elle aussi, et devenant grave, un ton qui appartenait
aux échos des arches d'une cathédrale pleine de cierge.

Je jouais la note finale, puis saluait les clefs de la tête.

Esmée caressa ma tête.

Ca va aller, Edward. Ca va marcher, et tout ira pour le mieux. Tu mérites le bonheur, mon fils. Le destin te doit bien ça.

- Merci, chuchotai-je, souhaitant pouvoir le croire.

L'amour n'arrive jamais dans un paquet cadeau, tu sais.

_________________
"Tu as des ennuis, mon pote. De gros ennuis.
Les grizzlis enragés te paraîtront adorables
quand tu verras ce qui t'attend à ton retour "

Règles importantes :
Règle n°1 : Un modérateur a toujours raison
Règle n°2 : Si un modérateur a tort, se référer à la règle n° 1
Règle n°3 : Quand un modérateur est contredit, un chaton meurt quelque part dans le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-lover.twilight-mania.com
Isabella Swan
Nouveau Né
avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 30
Localisation : ♀♂ avec mes 2 amours ♥

MessageSujet: Re: Chapitre 7 : Mélodie   Dim 24 Mai - 0:49

J'eu un petit rire sans joie.

Toi, parmi
tous les habitants de cette terre, est sûrement le mieux équipé pour
t'escrimer contre ce genre de dilemme. Tu es le meilleur et le plus
brillant d'entre nous.

Je soupirai. Toutes les mères disent cela.

Esmée
débordait toujours de joie à la pensée qu'après tout ce temps,
quelqu'un avait fini par toucher mon cœur, et se fichait totalement du
potentiel tragique de la situation. Elle avait tant pensé que je
resterais à jamais seul...

Elle t'aimera, j'en suis sûre,
pensa-t-elle soudainement, me prenant de court. Si c'est une jeune
fille intelligente. Elle sourit. Mais j'ai peine à imaginer que
quelqu'un puisse être assez stupide pour ne pas voir quel homme tu es.

- Arrête, Maman, tu me fais rougir. Plaisantai-je.
Ses mots, quoiqu'improbables, m'encourageaient.

Alice
rit et commença à jouer la main droite de « Cœur et Ame ». Je souris et
compléta le morceau avec elle. Puis je lui fis plaisir en lui accordant
une performance de « Baguettes ».

Elle gloussa, puis soupira.

-
J'espérais que tu me dirais pourquoi tu t'es moqué de Rose tout à
l'heure. Dit-elle. Mais je peux clairement voir que tu ne le feras pas.
- En effet.

Elle lança une pichenette à mon oreille.

- Soit gentille Alice, la réprimanda Esmée. Edward est un vrai gentleman.
- Mais je veux savoir

Je
ris devant son ton plaintif. Puis je dis à Esmée de s'approcher et
commença sa chanson favorite, un hommage anonyme à l'amour que j'avais
longtemps observé entre Carlisle et Esmée.

- Merci, trésor. Dit-elle en pressant à nouveau mes épaules.

Je
n'avais pas besoin de me concentrer pour jouer ce morceau si familier.
Alors à la place, je pensai à Rosalie, toujours terrée dans sa
mortification dans le garage, et cette vision m'arracha un sourire.

Venant
à peine de découvrir quel potentiel de jalousie je renfermais en moi,
j'eu un peu de pitié pour elle. C'était un sentiment très douloureux.
Evidemment, sa jalousie à elle était négligeable comparée à la mienne,
mille fois plus forte. Comme un simple figurant dans un très long film.


J'en vins à me demander en quoi la vie et la personnalité de
Rosalie aurait été différente si elle n'avait pas été si belle.
Aurait-elle été plus heureuse si sa propre beauté n'avait pas tout le
temps eu la priorité dans sa vie ? Bon, je supposais qu'il était
inutile de se poser la question, puisque le passé était ce qu'il était,
et qu'elle avait toujours été la plus belle. Même lorsqu'elle était
humaine, elle avait toujours vécu sous les feux des projecteurs à cause
de son charme. Non pas qu'elle s'en plaignait, c'était plutôt l'inverse
– elle avait toujours aimé être admirée plus que quiconque. Trait de
caractère qui n'avait pas changé avec la perte de sa mortalité.

En
prenant cela en compte, ce n'était donc pas une surprise qu'elle se
soit offensée quand, depuis le début de notre relation, je n'avait pas
loué sa beauté comme tous les autres hommes qu'elle avait jusqu'alors
rencontré. Non pas qu'elle me désirait de son côté – loin de là. Mais
que moi, je ne la désire pas, l'avait vexé. Elle s'était habituée à
être l'objet de fantasme de tous les hommes.

C'était différent
avec Jasper et Carlisle – les deux étaient déjà amoureux. Pour ma part,
j'étais totalement sans attaches, et restait pourtant totalement
indifférent face à elle.

J'avais longtemps cru ce vieux ressentiment enterré. C'était il y a longtemps.

Et
il est vrai que pendant longtemps, elle avait oublié tout
cela...jusqu'au jour où, enfin, je rencontrai quelqu'un dont la beauté
me toucha.

Rosalie s'était persuadée que si sa beauté m'avait
laissé de marbre, cela signifiait qu'aucune autre beauté au monde ne
pourrait jamais m'émouvoir. Sa colère contre moi s'était échauffée
depuis le jour où j'avais sauvé Bella, devinant, avec son instinct de
mégère, mon intérêt encore inconscient.

J'avais porté le coup de grâce à Rosalie en trouvant une humaine insignifiante plus attirante qu'elle.

Je réprimai une autre envie de rire.

Cela
dit, cela m'ennuyait un peu, sa manière de voir Bella. Rosalie la
trouvait quelconque. Comment pouvait-elle penser une chose pareille ?
Cela me paraissait incompréhensible. C'était de la simple jalousie,
certainement.

- Oh ! Dit soudain Alice. Jasper, tu sais quoi ?

Je vis à mon tour ce qu'elle venait de voir, et mes mains s'immobilisèrent

- Non, quoi ? Répondit-il.
- Peter et Charlotte vienne nous voir la semaine prochaine ! Ils seront dans les parages, n'est-ce pas merveilleux ?
- Qu'y a-t-il, Edward ? Demanda Esmée, sentant la tension dans mes épaules.
- Peter et Charlotte viennent à Forks ? Sifflai-je à Alice.

Elle tourna les yeux dans ma direction.

- Du calme Edward. Ce n'est pas leur première visite.

Mes
dents se serrèrent. Si, c'était leur première visite depuis que Bella
était là, et je ne suis pas le seul que son sang attire.

- Ils ne chassent jamais ici. Dit-elle en fronçant les sourcils. Tu le sais.

C'était
un fait, seulement le frère de Jasper et le petit vampire qu'il aimait
n'était pas comme nous, ils avaient un régime alimentaire traditionnel.
Pour ce qui était de Bella, on ne pouvait pas leur faire confiance.

- Quand ? Exigeai-je.

Elle fit une moue mécontente, mais répondit Lundi matin. Personne ne va toucher à Bella, rassure-toi.

- Non. Approuvai-je, puis lui tourna le dos. Tu es prêts Emmett ?
- Je croyais qu'on ne partait que ce matin ?
- On sera de retour dans la nuit du Dimanche. On part quand tu veux.
- Très bien. Laisse-moi dire au revoir à Rose d'abord.
- Bien sûr.

Vu l'état dans lequel était Rosalie en ce moment, ça ne risquait pas de prendre une heure.

Tu as vraiment perdu l'esprit, Edward. Pensa-t-il en se dirigeant vers la porte du fond.

- Tu as probablement raison.
- Joue encore une fois la nouvelle chanson, demanda Esmée.
- Si ça peut te faire plaisir. Cédai-je.

J'étais
pourtant retissant à jouer à nouveau cette mélodie avec cette fin
inévitable – une fin qui me faisait souffrir d'une manière qui m'était
peu familière. Je restais un moment dans mes pensées, puis sortit le
bouchon de la bouteille resté dans ma poche et le déposai sur le
pupitre vide. Cela me soulagea un peu – un petit rappel de son oui.

J'acquiesçai pour moi-même, et commençai à jouer.

Esmée et Alice échangèrent un regard, mais aucune d'elle ne posa de question.

* * *
– On ne t'a jamais dit de ne pas jouer avec la nourriture ? Rappelai-je à Emmett.
- Oh, hey, Edward ! Riposta-t-il, souriant et tournant la tête vers moi.

L'ours
tira avantage de ce soudain manque d'attention pour envoyer sa patte
puissante dans la poitrine d'Emmett. Les griffe acérées comme des lames
de rasoir déchirèrent en lambeaux sa chemise, et crissèrent sur sa
peau.

Le grincement aigue fit beugler l'ours.

Nom de dieu ! Rose m'avait offert cette chemise !

Emmett rendit son feulement à l'animal enragé.

Je soupirai et m'assis à un rocher parfaitement commode pour cet emploi. Ca risquait de prendre un moment.

Mais
Emmett en avait presque fini. Il laissa l'ours essayer de lui arracher
la tête d'un nouveau coup de patte, riant en voyant l'ours s'étonner
que ses coups restent inefficaces. L'ours grogna et Emmett y répondit
par un autre grognement. Puis il s'élança sur l'animal, qui faisait
quand même une tête de plus que lui une fois dressé sur ses pattes
arrière et leurs corps s'entrechoquèrent et s'écroulèrent, entrainant
dans leur chute un vieil épicéa. Les plaintes de l'ours s'arrêtèrent
avec un gargouillement.

Quelques minutes plus tard, Emmett
arriva au petit trop là où je l'attendais. Sa chemise était explosée,
déchirée, ensanglantée, couverte de sève collante et de poils. Ses
cheveux sombres et ondulé n'étaient pas en meilleur état. Il arborait
un large sourire sur son visage.

- Il était fort celui là. Je pouvais presque le sentir quand il me griffait.
- Ce que tu es gamin, Emmett.

Il regarda ma chemine immaculée.

- Tu n'as pas été capable de pourchasser ce puma ?
- Bien sur que si. C'est juste que contrairement à toi, je ne mange pas comme un sauvage

Emmett éclata de son fameux rire.

- J'aimerais tant qu'ils soient plus forts. Ce serait plus drôle.
- Personne ne t'a demandé de te battre avec ton plat.
-
Ouais, mais sinon avec qui je me battrais ? Alice et toi vous trichez,
Rose ne veut pas être décoiffé, et Esmée devient folle quand avec
Jasper on se fritte pour de bon.
- Oui, c'est dur la vie...

Emmett fit la grimace, courbant l'échine comme sous l'effet d'une charge très lourde.

- Allez, Edward. Mets ta télépathie en veilleuse une minute et viens te battre à la loyale.
- Je ne peux pas la mettre en veilleuse. Lui rappelai-je.
-
Je me demande comment cette humaine arrive à te garder dehors ! Fit
Emmet. Peut-être qu'elle pourrait me filer quelques tuyaux...
- Je t'interdis de t'approcher d'elle! Grognai-je entre mes dents, toute trace de bonne humeur évaporée.
- Oh, on dirait que j'ai touché un point sensible.

Je soupirai. Emmett vint s'asseoir à côté de moi.

-
Désolé. Je sais que tu traverses une mauvaise passe en se moment. Tu
sais j'essaye vraiment de ne pas trop agir comme un crétin insensible,
mais bon, comme c'est un peu on état naturel...

Il attendit que je rigole à sa blague, puis, fit la tête.

Sérieux, toujours sérieux. Qu'est-ce qui te préoccupe maintenant ?

- Je pense à elle. Enfin, disons plutôt que je m'inquiète pour elle.
- Mais qu'est-ce qu'elle risque ? Dit-il avec un grand rire. Tu es là !!!

Une fois de plus, sa plaisanterie me laissa de marbre, mais je répondis à sa question.

-
Tu n'as jamais remarqué à quel point ils sont fragiles ? Te rends-tu
compte du nombre de choses horribles qu'il peut arriver à un humain ?
- Pas vraiment. Mais je suppose que je vois ce que tu veux dire. La première fois je n'en menais pas large face à l'ours, non ?
-
Des ours ! Marmonnai-je, ajoutant une nouvelle crainte au dessus de la
pile. Ce serait tout elle ça, connaissant sa chance. Un ours qui
s'aventure en ville. Et bien sûr il foncera droit sur Bella !
- Tu sais que là on croirait vraiment entendre un déséquilibré ? S'esclaffa Emmett.
-
Imagine une seconde que Rosalie serait humaine, Emmett ! Et qu'elle
pourrait à tout moment tomber sur un ours...ou pâlir...ou maigrir...ou
tomber dans les escaliers...ou tomber malade...et même gravement malade
!

Une tempête de mots sortait de moi. C'était soulageant de les
laisser sortir – eux qui était resté couvés en moi tout le weekend.

-
Les incendies, les tremblements de terres, les tornades ! Oh mon dieu !
A quand remonte la dernière fois où tu as regardé les informations ?
As-tu vu le genre de choses qui leur arrivent ? Des cambriolages, et
des meurtres !

Mes dents se serrèrent, soudain si furieux à la
simple idée qu'un autre humain puisse la blesser que j'en devins
incapable de respirer.


- Houlà ! Eh calme-toi, gamin ! Elle
vit à Forks, tu te souviens ? Alors elle va juste se faire....pleuvoir
dessus. Dit-il avec un haussement d'épaules.
- Je commence vraiment
à penser qu'elle est frappée de malchance, Emmett. Regarde les choses
en face : parmi tous les endroits au monde où elle pouvait aller, elle
a finit par atterrir dans une ville peuplée entre autres de vampires.
- Ouais, mais nous sommes végétariens. C'est plutôt un coup de bol, non ?
-
Avec l'odeur qu'elle a ? Non, c'est assurément de la malchance. Pire
même, vu l'effet que me fait son parfum. Dis-je en regardant mes mains,
les détestant une fois de plus.





_________________
"Tu as des ennuis, mon pote. De gros ennuis.
Les grizzlis enragés te paraîtront adorables
quand tu verras ce qui t'attend à ton retour "

Règles importantes :
Règle n°1 : Un modérateur a toujours raison
Règle n°2 : Si un modérateur a tort, se référer à la règle n° 1
Règle n°3 : Quand un modérateur est contredit, un chaton meurt quelque part dans le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-lover.twilight-mania.com
Isabella Swan
Nouveau Né
avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 30
Localisation : ♀♂ avec mes 2 amours ♥

MessageSujet: Re: Chapitre 7 : Mélodie   Dim 24 Mai - 0:50

- Sauf que, à part Carlisle, aucun vampire ne se contrôle mieux que toi. Encore un coup de bol.
- Le fourgon ?
- C'était juste un accident.
-
Mais tu aurais dû le voir arriver droit sur elle, Em', encore et
encore. Je te le jure, c'était comme si cette fille avait une force
magnétique en elle, un véritable aimant !
- Mais tu étais là. Une chance.
-
Ah bon, vraiment ? N'est-ce pas là la pire espèce de chance qu'une
humaine puisse avoir – qu'un vampire tombe amoureux d'elle ?

Emmett
médita calmement cela un moment. Il se représenta la fille, et trouva
l'image inintéressante. Honnêtement, je ne vois vraiment pas ce que tu
lui trouves.

- Et bien, pour ma part je ne vois vraiment pas le
charme de Rosalie. Répondis-je grossièrement. Honnêtement, elle a l'air
de vraiment penser que toutes les autres beautés ne lui arrivent pas à
la cheville !
- Je suppose que tu ne me diras pas...tenta Emmett avec un petit rire
- Je ne sais pas quel est son problème, Emmett. Mentis-je avec un sourire machiavélique.

J'avais
vu ses intentions assez tôt pour pouvoir m'y préparer. Il tenta de
m'éjecter du rocher, et il y eu un craquement sonore lorsque qu'une
fissure fendit la pierre entre nous.

- Tricheur. Marmonna-t-il.

Je
m'attendis à ce qu'il essayer une deuxième fois, mais ses pensées
prirent une autre direction. Il imaginait Bella à présent, mais cette
fois il se la figura plus blanche, avec ses yeux d'un rouge brillant.

- Non. M'étranglais-je.
-
Ca t'enlèverait toutes tes craintes à propos de sa mortalité, non ? Et
tu n'aurais plus envie de la tuer, non plus. C'est la solution idéale,
non ?
- Pour moi ? Ou pour elle ?
- Pour toi. Répondit-il facilement, un « bien sûr » clairement perceptible dans sa voix.

J'eu un rire sans joie.

- Mauvaise réponse. Dis-je sombrement.
- Etre un vampire ne me dérange pas tant. Me rappela-t-il.
- Rosalie si.

Il
soupira. Lui et moi savions parfaitement que pour retrouver son
humanité, Rosalie serait prête à tout faire, à tout abandonner. Même
Emmett.

- Oui, ça tu peux le dire. Admit-il calmement.
- Je
ne peux pas...je ne dois pas...je ne vais pas ruiner la vie de Bella.
Ne ressentirais-tu pas la même chose s'il s'agissait de Rosalie ?

Emmett pensa un moment.

Alors...tu l'aimes vraiment ?

-
Je ne peux même pas le décrire, Emmett ! Soudain cette fille est
devenue le centre de l'univers pour moi. Je ne vois plus l'intérêt du
reste du monde sans elle.

Mais tu ne la transformeras pas ? Elle ne restera pas éternellement, Edward.

- Je le sais bien ! Gémis-je.

Et, comme tu l'as dis, elle est assez fragile.

- Crois-moi, je sais cela aussi.

Emmett
manquait cruellement de tact, et les sujets délicats n'étaient pas son
fort. Il tremblait un peu, désirant réellement ne pas se montrer
offensant.

Mais est-ce que tu peux au moins la toucher ? Je veux dire, si tu l'aimes...tu ne voudrais pas, et bien, la toucher ?

Emmett
et Rosalie partageaient un amour très physique. Il était dur pour lui
de comprendre qu'on pouvait aimer, sans que cet aspect n'entre en
compte.

- Je ne peux même pas y penser, Emmett. Soupirai-je.

Wow. Alors, il te reste quoi comme option ?

-
Je n'en sais rien. Murmurai-je. J'essaye de trouver un moyen...de la
quitter. Pour l'instant je ne sais même pas comment faire pour
m'obliger à rester éloigné d'elle...

Avec un immense sentiment
de gratitude, je réalisai soudain que je ne faisais rien de mal en
restant – pour l'instant du moins, avec Peter et Charlotte dans les
parages. Elle était temporairement plus en sécurité avec moi près
d'elle plutôt que si je m'enfuyais au loin. Pour le moment, je serais
paradoxalement son protecteur.

Cette pensée me rendit anxieux ; je mourrai d'envie de revenir pour jouer mon rôle aussi longtemps que possible.

Emmett remarqua ce changement d'expression. A quoi tu penses ?

-
Là, maintenant, admis-je d'un air un peu penaud, je meure d'impatience
de retourner à Forks pour vérifier si elle va bien. Je ne sais pas si
j'arriverais à tenir jusqu'à Dimanche soir.
- Non, non, tu ne rentreras pas plus tôt à la maison. Laisse à Rosalie le temps de se calmer. Je t'en prie ! Pour moi !
- J'essaierai, dis-je d'un air dubitatif.

Emmett donna une tape dans sur la poche qui contenait mon téléphone.

- Alice aurait appelé si ta crise d'angoisse avait le moindre fondement. Elle est aussi dingue de cette fille que toi.

Je grimaçai.

- Bon, très bien. Mais on rentre Dimanche, pas plus.
- Pourquoi se presse ? En plus le soleil sera au rendez-vous. Alice a prédit que nous devrons sécher jusqu'à Mercredi.

Je secouai vivement la tête.

- Peter et Charlotte savent se tenir.
- Je m'en fiche, Emmett. Avec la chance qu'à Bella, elle va sûrement se promener dans la forêt pile au mauvais moment et...

Je tressaillis.

- Peter n'est pas réputé pour son self-control. Terminai-je. Je rentre Dimanche.

Emmett soupira. Exactement comme un déséquilibré.

* * *



Bella
dormait paisiblement lorsque je grimpai à sa fenêtre, Lundi très tôt
dans la matinée. Je m'étais rappelé d'amener de l'huile cette fois, et
la fenêtre coulissa sans un bruit.

En regardant la façon dont
ses cheveux s'emmêlaient sur l'oreiller, je pus dire qu'elle avait
moins bien dormis que la dernière fois que j'étais venu. Ses mains
étaient repliées sous sa joue comme chez un petit enfant, et sa bouche
était légèrement entrouverte. Je pouvais entendre le va et viens de sa
respiration lente entre ses lèvres.

C'était un incroyable
soulagement que d'être là, de pouvoir la regarder à nouveau. Je compris
alors ce que je n'avais pas vraiment réalisé avant d'être confronté
directement au problème : dès que j'étais loin d'elle, rien n'allait
plus.

Cependant, ce n'étais pas mieux quand j'étais près
d'elle. Je soupirai, laissant le feu s'insinuer dans ma gorge. Je
m'étais éloigné trop longtemps. Le temps passé à ne pas ressentir cette
douleur et ce désir rendait ces émotions encore plus intenses
maintenant que je les ressentais à nouveau. C'était si dangereux que
j'avais même peur d'aller m'agenouiller près de son lit pour lire les
titres de ses livres. Je voulais tout savoir des histoires qui
remplissaient sa tête, mais j'avais peur de ma soif, effrayé du fait
que si je m'autorisais à m'approcher un peu, je voudrais être de plus
en plus proche d'elle...

Comme ses lèvres semblaient douces, et chaudes! Je pouvais m'imaginer les caresser du bout du doigt. Très légèrement...

C'était exactement le type d'erreur à ne pas faire.

Mes yeux parcoururent son visage, encore et encore, en quête du moindre changement. Les humains changeaient tout le temps...

Je vis qu'elle semblait...fatiguée. Comme si elle n'avait pas assez dormis. Etait-elle sortie ?

Je
ris silencieusement et ironiquement de ma peine. Et alors, qu'est-ce
que ça faisait si elle était sortie ? Elle n'était pas ma chose. Elle
ne m'appartenait pas.

Non, elle ne m'appartenait pas – et cela m'attristait terriblement.

Une
de ses mains se retourna, et je pus voir que sa paume était égratignée.
Elle s'est blessée ? Même si ce n'était rien de grave, cela me troubla.
Vu l'endroit où se trouvait la marque, elle avait du trébucher. Toutes
choses considérées, cela semblait être une bonne explication.

C'était
réconfortant de penser que je n'aurais pas à toujours enquêter sur elle
pour percer ses secrets. On était amis maintenant – ou du moins, on
essayait. Je pouvais très bien la questionner sur son weekend – à
propos de la plage, et même de ce qu'elle avait fait hier soir pour
paraître si exténuée. Je pouvais lui demander ce qui était arrivé à ses
mains. Et je pouvais même rire un peu si elle confirmait ma théorie.

Je
souris tendrement en me demandant si elle était ou non tombée dans
l'eau de l'océan. En me demandant si elle avait passé un bon moment
durant cette sortie. En me demandant si elle avait pensé à moi. Si je
lui avais manqué, même si ce n'était que mille fois moins qu'elle
m'avait manquée.

J'essayais de l'imaginer au soleil, sur la
plage. L'image était incomplète, bien sûr, puisque je n'avais vu First
Beach qu'en photo...

Je me sentis un peu mal à l'aise en
repensant à la raison pour laquelle je n'étais jamais allé à la jolie
plage qui ne se trouvait qu'à quelque minute de chez moi, en courant.
Bella avait passé la journée à La Push – un endroit où m'était
interdit, par traité, d'aller. Un endroit où quelques vieillards se
souvenaient toujours des légendes sur les Cullen, s'en souvenaient et y
croyaient. Un endroit où notre secret était connu...

Je secouai
la tête. Je n'avais rien à craindre. Les Quileutes aussi étaient liés à
ce traité. Même si Bella tombait sur l'un de ces vieux sages, ils ne
pourraient rien dire. Et pourquoi le sujet serait-il abordé ? Pourquoi
Bella parlerait de ses soupçons là bas ? Non...les Quileutes étaient
probablement la seule chose dont je n'avais pas à me soucier.

Le
soleil qui se leva me contraria. Je me souvins que je devrais attendre
plusieurs jours avant de pouvoir satisfaire ma curiosité. Pourquoi
diable avait-il choisi de briller aujourd'hui ?

Avec un
soupir, je me faufilai hors de chez elle avant que qui que ce soit ne
puisse m'y voir. J'avais l'intention de rester caché dans la forêt
dense qui bordait sa maison et d'observer depuis là, mais une fois
arrivé dans les bois, je fus surpris de trouver une ombre de son odeur
à travers le chemin de la forêt.

Je suivis la piste
rapidement, avec curiosité, m'inquiétant de plus en plus tandis que les
traces s'enfonçaient dans les ténèbres. Que faisait Bella aussi loin ?

Le
chemin s'arrêta net, au milieu de nulle part. La fragrance continua
juste quelques pas hors du sentier, dans les fougères, et toucha le
tronc d'un arbre déraciné. Elle s'était peut-être assise là...

Pourquoi
Bella s'assiérait seule – et elle était seule, aucun doute la dessus –
au milieu d'une forêt humide et pleine de mousse ?

Cela n'avait pas de sens, et, contrairement aux autres choses, je ne pouvais pas vraiment aborder le sujet.

Tu
sais, Bella, j'étais justement en train de te flairer dans les bois –
après avoir quitté ta chambre où je t'avais longuement observée
dormir...Oui, voilà parfaitement de quoi briser la glace.

Je ne
saurais probablement jamais ce à quoi elle pensait et faisait là, et
cela fit grincer mes dents de frustration. Le pire, c'était que cela ne
ressemblait que trop au scénario que j'avais imaginé avec Emmett –
Bella se promenant seule dans les bois, avec son odeur qui attirerait
quiconque pourrait la suivre...

Je gémis. Non seulement elle était malchanceuse, mais en plus elle flirtait avec le danger.

Et
bien, pour le moment, elle avait un chevalier servant. Je la
surveillerais, je ferais attention à elle, je la maintiendrais hors de
danger, aussi longtemps que pourrais le justifier.

Je me surpris soudain à espérer que Pete et Charlotte resterait un peu plus longtemps

_________________
"Tu as des ennuis, mon pote. De gros ennuis.
Les grizzlis enragés te paraîtront adorables
quand tu verras ce qui t'attend à ton retour "

Règles importantes :
Règle n°1 : Un modérateur a toujours raison
Règle n°2 : Si un modérateur a tort, se référer à la règle n° 1
Règle n°3 : Quand un modérateur est contredit, un chaton meurt quelque part dans le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-lover.twilight-mania.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 7 : Mélodie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 7 : Mélodie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight :: Les Livres / Attention : SPOILERS :: Midnight Sun :: Les 12 premier chapitres-
Sauter vers: